Rechercher
  • Marianna

CARNET DE BORD - prêts pour le déconfinement ?

11 mai 2020 : la date que tout le monde attend avec impatience, un mélange d’espoir, de liberté et de peur.

Cette date approche à grande vitesse et je crois que je ne suis pas prête.



Au début du confinement je m’étais dit que j’aurais profité de cette période pour enfin ranger mon tiroir à chaussettes, une tâche que je remets toujours à demain, ou continuer à faire du sport tout en restant dans mon salon (une autre tâche que je remets souvent à demain), ou encore expérimenter de nouvelles recettes culinaires (parce que se mettre aux fourneaux ça a été franchement l’activité principale de 90% de la population. Mondiale).


Mais rien ne s’est passé comme prévu. Le chaos règne toujours dans mon tiroir à chaussettes, j’ai fait des squats les 15 premiers jours (pas tous les jours, il faut pas exagérer) et puis plus rien du tout, et mes expériences en cuisine étaient en grande partie ratées, mais j’ai persévéré car je ne voulais pas avoir le sentiment de passer à côté de mon confinement.

Je n’ai rien fait d’exceptionnel, je n’ai pas profité de cette période pour (re)découvrir moi-même, pour entreprendre de nouvelles activités (le DIY c’est pas mon truc, le yoga non plus d’ailleurs) ou travailler ma créativité.

Vous l’aurez compris, je ne crois pas que cette période m’ait aidé à devenir une meilleure version de moi-même.

D’ailleurs, je crois que je fais partie de ces gens qui ont trouvé un certain confort en restant à la maison.

J’ai essayé de rester zen, ce qui est déjà pas mal.

C’est vrai que croiser tous les jours la même tête, la mienne, ça n’a pas été facile. Oui, parce que même si j’ai croisé d’autres personnes en faisant les courses, pour moi ce n’était pas des personnes, c’était des silhouettes, masquées et floues que j’ai essayé d’esquiver à chaque pas.

Et puis franchement passer du temps à rien faire sans (trop) culpabiliser, c’est énorme !


Certes, il y a des choses qui me manquent terriblement, et j’ai très envie de retrouver le goût des choses simples, comme envoyer un message 5 minutes avant un rendez-vous pour dire que j’arrive dans 5 minutes alors qu’on sait tous que je suis encore chez moi. Par exemple.


Mais, hélas, il va falloir s’habituer à une nouvelle réalité, une nouvelle manière de vivre.

Continuer à garder les distances de sécurité et vivre avec cette peur du contact, de la contagion, de la maladie.

Mais en vrai, je n’ai aucune idée de comment ça va se passer et je crois que je vais avoir un peu de nostalgie de cette période passée en dehors du monde.

Je veux juste profiter encore un peu de ces moments, où penchée à la fenêtre, j’ai trouvé une communauté avec laquelle j’ai partagé une période absurde, car oui, pour une fois on a tous vécu la même situation, et si ce n’est pas ça qui va nous unir (encore plus), alors je ne sais pas.

En tout cas, l’espoir fait vivre.


121 vues1 commentaire
  • Facebook
  • Instagram

Paris mes merveilles

Parce que Paris ne se résume pas qu’à la tour Eiffel, parce que Paris c’est surprenant, parce que ça bouge tout le temps, parce qu’il y a un nouveau resto qui ouvre chaque semaine, bref, parce que je suis amoureuse de cette ville et je ne suis pas près de la quitter !

© 2023 par Blog Voyageur. Créé avec Wix.com